Bilan de l’accidentalité de l’année 2020

LA SECURITE ROUTIERE AU GABON

1. Vision générale

L’année 2020 est marquée par une diminution significative de la mortalité routière. En effet, 77 personnes sont décédées sur les routes du Gabon contre 111 en 2019, soit une soit une baisse de 30.63%.

En revanche, comparativement à 2019, l’année 2020 a connu une explosion des accidents de la route ainsi que du nombre des blessés. Le nombre d’accidents a plus que doublé pour s’établir à 3748 contre 1526 en 2019. Soit une hausse 145.61%.

De même, Le nombre de blessés à suivi la même tendance. On a enregistré 1196 blessés contre 660 en 2019.

Tableau 1 : Evolution comparative des accidents et victimes 2019-2020

Accidents Tués Blessés
2019 1526 111 660
2020 3748 77 1196
Evolution (%) 145,61 -30,63 81,21

L’augmentation historiquement élevé du nombre d’accident de la route s’explique en grande partie par les effets de la pandémie mondiale de la Covid 19.

En effet, dans le cadre de la riposte à la propagation de la Covid 19, le Gouvernement décidé successivement le confinement général, puis partiel du Grand Libreville assorti de couvre-feux.

Malheureusement, ces différentes mesures qui laissaient présager un fléchissement de la courbe des accidents du fait de la réduction de la mobilité de la population a plus tôt provoqué l’effet inverse pour plusieurs raisons, à savoir :

  • • La volonté de rattrapage du gain manqué des transporteurs pendant la période du confinement générale, ainsi les mesures de limitation du nombre de places et des heures de circulation (couvre-feu) ont induit des comportements dangereux sur la route notamment l’excès de vitesse ;
  • • Pour les autres automobilistes, l’approche des heures du couvre-feu est également propice à la survenance des accidents car nombreux prennent des risques importants (manœuvres dangereuses, vitesse, non-respect des règles de circulation routière…) pour rentrer chez eux.

Par ailleurs, l’autre effet de cette pandémie à été la quasi inexistence des contrôles répressifs qui incitent les automobilistes à respecter les règles de sécurité et de circulation routière.

Enfin, l’année 2020 a été marquée par une évolution significative en termes de la collecte de données statistiques relatives aux accidents de la route auprès des commissariats de police et des brigades de gendarmerie sur l’ensemble du territoire national. Aussi, l’amélioration de la collecte des données peut-elle introduire un biais dans l’analyse de l’accidentalité par rapport aux années précédentes.

2. Répartition de la mortalité en 2020

a) Mortalité par tranche d’âge

En 2020, la mortalité routière baisse quel que soit l’âge. Toutefois, la tranche d’âge la plus touchée demeure la même que les années précédentes. Il s’agit de la population dont l’âge varie entre 26 et 50 ans qui représente 48% des victimes de la route.

2019 2020
Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage
[0; 26[ 20 16,95% 19 24,67%
[26 ; 50[ 39 33,05% 37 48,05%
[50 ; 61[ 10 8,475% 7 9,09%
61 ; + 7 5,932% 14 18,18%
Inconnu 42 35,59%
Total 118 77 100%
b) Mortalité selon le sexe

Sur 77 décès intervenu du fait d’un accident de la route, 59 sont du sexe masculin ce qui représente près de 77% des victimes. Ce constat demeure le même d’une année à l’autre : les hommes constituent la majorité des victimes des accidents de la route.

Effet, il constitue la grande majorité de la population des conducteurs mais également les moins prudents sur la route.

3. Répartition des blessés suite aux accidents

a) Blessés par tranche d’âge
2019 2020
Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage
[0; 26[ 156 23.95% 367 30,68%
[26 ; 50[ 301 46.18% 679 56,78%
[50 ; 61[ 34 5.18% 100 8,11%
61 ; + 13 1.94% 53 4,42%
Non précisé 147 22.65%
Total 650 100 1196 100%

Le nombre de blessés a pratiquement doublé par rapport à 20119. Il est passé de 650 à 1196 victimes, soit une hausse de 84 %.

Par ailleurs, l’intervalle d’âge allant de 26 à 50 ans à l’intérieur duquel se trouve la majorité de la population active est la plus touchée par les accidents de la route, soit 50,53% en termes de tués et 56,78% en termes de blessés.

Ces chiffres sont très néfastes pour le développement du pays car ils occasionnent des couts sociaux, économiques et financiers importants, à savoir :

  • - Décès d’un conjoint, enfant ou parent ;
  • - L’abandon des victimes par les proches ;
  • - La perte des membres actifs du pays ;
  • - L’incapacité de travail (totale ou partielle) ;
  • - La diminution des revenus dans les ménages concernés ;
  • - La prise en charge et indemnisation des victimes.
b) Blessés par sexe

Les hommes constituent la partie de la population qui majoritairement touchée par les accidents routiers. En effet, au cours de l’année 2020, 758 victimes sont de sexe masculin soit 63.4 % de l’effectif total.

4. Analyse territoriale

La répartition spatiale des victimes de la route révèle que la province de l’Estuaire reste la plus accidentogène et particulièrement les communes de Libreville, Owendo et Akanda. En effet, au cours de l’année 2020, il y est survenu 3 216 accidents ce qui représente 85.81 % du nombre total des accidents observés sur l’ensemble du territoire national.

De même, la province de l’Estuaire concentre le plus grand nombre de victimes : 831 victimes sur un total de 1 273, soit plus 65% des victimes des accidents routiers.

Toutefois, les accidents à fort impact humain sont plus élevés à l’intérieur du pays. Le ratio nombre de victimes par accident est plus fort dans les province de l’Ogooué-Ivindo (2.13), le Moyen-Ogooué (1.88) et le Woleu-Ntem (1.79) alors qu’il est de ( 0.26 ) dans l’Estuaire. Cependant, la province de l’Ogooué-Maritime est celle où se déroulent les accidents les moins violents avec un ratio de 0.11

Tableau : Répartition des accidents et victimes par province

Estuaire Haut Ogooué Moyen Ogooué Ngounié Nyanga Ogooué Ivindo Ogooué Lolo Ogooué Maritime Woleu Ntem Total
Accidents 3216 86 83 12 13 30 8 262 38 3748
Blessés 788 78 149 11 13 53 12 30 62 1196
Tués 43 5 7 1 3 11 1 0 6 77
Victimes 831 83 156 12 16 64 13 30 68 1273
Victimes/ accidents 0,26 0,97 1,88 1,00 1,23 2,13 1,63 0,11 1,79 0,34

Tableau : répartition des victimes par sexe et par province

Tués Blessés Total
Victimes
M F M F
Estuaire (Akanda, Libreville et Owendo) 23 5 401 298 727
Kango, Ntoum 13 2 60 29 104
Haut Ogooué 3 2 62 16 83
Moyen Ogooué 6 1 129 20 156
Ngounié 1 8 3 12
Nyanga 3 7 6 16
Ogooué Ivindo 6 5 30 23 64
Ogooué Lolo 1 7 5 13
Ogooué Maritime 18 12 30
Woleu Ntem 3 36 26 68
Total 59 18 758 438 1273

5. Saisonnalité des accidents de la route

Au cours de l’année 2020, nous avons enregistré mensuellement 311 accidents et 106 victimes en moyenne. Toutefois, les mois les plus accidentogènes restent les mois de janvier et décembre avec respectivement des pics de 357 et de 352 accidents. Ces mois sont généralement marqués les festivités de fin d’années qui se traduisent par une forte consommation d’alcool et par suite une augmentation des accidents.

Par ailleurs, on remarque une nette diminution des accidents au des cours des mois d’avril et de mai qui correspondent à la période du confinement générale du Grand Libreville.

De plus, au cours du troisième (juillet, août, septembre) qui correspond généralement à la période des grands départs en vacances ; le nombre d’accidents ne s’est pas écarté significativement de la moyenne annuelle. Ce constat peut se justifier par le confinement partiel du Grand Libreville qui s’est traduit par une réduction de la mobilité des populations.

En somme, au cours de l’année 2020, il s’est produit par jour en moyenne 10 accidents qui ont occasionné au moins 3 victimes.

6. Evolution des accidents de la route

Les accidents sont en perpétuelle augmentation au Gabon. Après une période de relative stabilité en pendant trois années consécutives (2017-2019), les accidents ont très fortement augmenté en 2020.

La courbe des accidents a fort impact humain (victimes/accidents) suit malheureusement la même tendance : les accidents de la route deviennent plus violents, malgré le léger fléchissement observé en 2020.

La quasi inexistence des contrôles répressifs au cours de l’année 2020, le stress des automobilistes à l’approche du couvre-feu constituent des facteurs explicatifs de l’augmentation constatée des accidents, malgré les campagnes de sensibilisation menées par la Direction Générale de la Sécurité Routière.

7. Les principaux facteurs des accidents

Il est important de rappeler que trois principaux facteurs sont à l’origine des accidents de la route, à savoir :

  • - l’homme en tant qu’usager de la route ;
  • - l’état mécanique du véhicule ;
  • - la qualité de la route.

Ainsi, au cours l’année 2020, les pondérations affectées à trois facteurs se répartissent de la façon suivante :

  • - facteur humain : 81.36 %
  • - facteur mécanique du véhicule : 16.58 %
  • - facteur infrastructure routière : 2.06%

Aussi, pouvons-nous aisément conclure que le facteur humain reste prépondérant dans la cause des accidents, et ce d’autant plus que le conducteur est également responsable de l’état mécanique du véhicule.

De façon désagrégée les différentes causes des accidents de la routes se répartissent selon le digramme ci-dessous :

Au regard du diagramme des causes des accidents de la route, le non-respect des règles élémentaires de la circulation routière avec 32,96%, l’excès de vitesse avec 27,72% enfin la défaillance mécanique avec 17,13% constituent les principales causes des accidents dans notre pays.

8. Recommandations

Au regard de l’évolution dangereuse du nombre d’accidents de la route dans notre pays et des coûts sociaux, économiques et financiers qu’ils occasionnent, il devient urgent que le Gouvernement se saisisse de la question afin d’infléchir la tendance actuelle.

A cet effet, nous proposons que Comité Interministériel de la Sécurité Routière se réunisse afin définir la politique du Gouvernement en matière de sécurité de routière.

En effet, ce Comité, présidé par le Premier Ministre, institué par le décret 0127/PR/MTAC en le 09 février 20….ne s’est réuni qu’une seule fois depuis sa création (date).

A travers cet organe, le Gouvernement pourrait adopter une stratégie nationale de sécurité routière sur 10 ans avec des évaluations périodiques.

Ce document stratégique permettra de :

  • • Définir des objectifs à court, moyen et long terme en matière de réduction des accidents de la route de prise en charge des victimes
  • • Décliner les plans d’actions

Il s’agira, entre autres, de réaliser les actions suivantes :

  • - identification des besoins en formation et recrutement ;
  • - renforcement de la signalisation routière ;
  • - redynamisation des campagnes de sensibilisation ;
  • - renforcement et actualisation du cadre législatif et réglementaire domaine de la sécurité routière ;
  • - amélioration de la prise en charge pré hospitalière des victimes (coordination des secours) ;
  • - amélioration des statistiques de la sécurité ;
  • - dotation en équipement et matériel spécifique (radars, caméras, éthylotests, moyens roulants…)

Chaque action retenue les indicateurs devrait être évaluer à l’aide des indicateurs qui permettront d’évaluer son niveau de réalisation.

    • Evaluer le coût et définir la stratégie de financement
  • - Définir un cadre de ressources cohérent et réaliste : coûts des politiques publiques qui tient compte des capacités financières de l’Etat.
  • - Envisager la participation du secteur privé dans le financement des actions qui à réduire les accidents sur la route. Il s’agit notamment des professionnels du secteur et surtout des compagnies d’assurance

L’absence d’un document stratégique de référence constitue un lourd handicap dans la lutte contre l’insécurité routière. Les actions isolées qui ne s’intègrent pas dans une vision globale, cohérente et quantifiée n’auront que trop peu d’impacts et permettront pas de réduire significativement le nombre d’accidents et des victimes de la route.